Voyager, autrement!

fullsizeoutput_408f

Cette pandémie aura laissé des séquelles qui auront des impacts tant au niveau personnel qu’économique.  Plusieurs de nos habitudes ont déjà changé. Plusieurs constats se sont imposés invitant à un changement de comportement dans différentes sphères de nos vies. Pendant que les enjeux se multiplient, les revenus eux, sont partis avec l’eau du bain. La question qui tue : De quoi sera fait notre  tourisme ? C’est ce qu’a demandé Tourisme Express à Jean-Michel Perron, expert  en tourisme. Soyons clair: l’industrie pourrait prendre quelques années à se rétablir de la pandémie. Selon lui et à court terme, certains secteurs devraient toutefois pouvoir saisir quelques opportunités. Parmi eux:

  • Le camping/glamping ( permet de contrôler son logis et ses repas tout en pouvant interagir avec les autres)
  • Les chalets locatifs (ceux permettant le multiactivité)
  • Les pourvoiries
  • Les plages
  • Les routes et les circuits touristiques
  • L’agrotourisme
  • Les parcs et les réserves naturelles
  • La motoneige
  • Le ski

Pour en s’avoir plus sur le tourisme 2M (respectant la consigne du deux mètres), c’est ici. 

En attendant

Tout le monde s’entend pour dire qu’il faut prendre notre mal en patience. Toutefois, il ne faut cesser d’entretenir nos liens avec nos communautés et pour ça, continuer de développer  des contenus qui sauront faire rêver tout en témoignant de nouveaux paramètres. Quand la machine repartira, c’est à vous qu’on pensera. Et oui, nous continuerons de voyager, autrement.

La bonne nouvelle ? Le Québec est privilégié par ses grands espaces naturels, le peu de pollution atmosphérique et sa capacité de se tenir ensemble en situation de crise.

 

Aquarelle: Diane Laberge

 

Publié le : 16 avril 2020 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , | 0 commentaire »

Carnet de voyage: Mexico Pacifico

Pendant que la marée noire fait ses ravages dans le Golfe et que les États-Unis mettent en garde les citoyens voyageant au Mexique, moi je me la coule douce sur la côte du Pacifique où, il faut le dire, jamais  je ne me suis sentie en danger de quoi que ce soit sinon quelques crampes au ventre et du sable, beaucoup de sable entre les orteils. J’aimais déjà le Mexique et  je l’aime aujourd’hui davantage. Il a d’ailleurs toujours suffit qu’on m’interdise quelque chose pour que je sois attirée ou que je me sente encore plus solidaire. C’est comme ça.

Le Mexique donc. Un mois à fouler le sable chaud de ses plages; à explorer ses mercados;  à goûter sa cuisine traditionnelle (où les fajitas, soit dit en passant, n’existent pas!) dans de pittoresques bouis-bouis; à suivre la route des Mayas ou celle des fabricants de mescal et de tapis…. Un mois à prendre le pouls d’un pays culturellement riche et socialement coloré.

Les Mexicains sont des gens heureux. Souriants la plupart du temps, ils supportent plutôt bien que mal  le poids de nombreuses années de conflits, d’instabilités politiques récurrentes et les turbulences récentes de certains cartels de la drogue.  Faire une incartade au Mexique, c’est faire un saut dans un quotidien jamais banal qui s’enrichit de la joie de vivre innée de ce peuple, fier et courageux.

On comprend que les artistes y soient nombreux.  Les femmes y sont belles, l’ocre des paysages, inspirant. Ce qui frappe, c’est le parfum de sensualité qui flotte partout dans l’air. Une ambiance muy caliente entoure les moindres gestes du quotidien. Une balade au parc ne peut se faire sans un arrêt pour savourer une glace, tantôt pour s’embrasser tantôt pour papoter ou s’y faire cirer la chaussure. Une sortie en moto devient vite sortie familiale: à quatre sur le même engin, sans casques ni sécurité aucune, les voilà prêts pour l’aventure, toujours confiants d’arriver à bon port. Ils croient en Dieu, ça aide paraît-il!

Ne visiter le Mexique que par ses plages, bien qu’une bonne idée en cette période de l’année, ne serait lui rendre justice.  Le Mexique doit se visiter lentement, au rythme langoureux de toutes les dégaines. On peut y vivre pour peu, à condition d’être perspicace, de voyager léger et de ne pas rechercher ce côté nickel chrome qui fait tant briller notre Amérique.

Après plusieurs déplacements, voilà que le voyage s’arrête ici, à Puerto Escondido, dans un véritable coin de paradis où il m’aurait été impossible de penser loger sans la générosité de Joanne et François.  Vous n’êtes pas du genre sac au dos et cherchez un endroit de rêve pour votre prochain voyage au Mexique? Le paradis est ici, au bout des doigts .

Itinéraire: Oaxaca, Santa Maria del Tule, Mitla, Hieve del Agua, Puerto Angel, Zipolite, San Agustinillo, Mazunte, Puerto Escondido et Mexico City.

Photographies: Diane Laberge

Autres liens utiles:

B&B El Patio 77, Mexico City

Las Casitas, Zipolite

Lo Cosmico, Zipolite


Publié le : 10 mai 2010 | Auteur: | Catégories : Carnets de voyage | Tags: , , , , | 1 commentaire »

Traces

Quoi de mieux qu’un blogue pour apprendre à se connaître? Lieu d’échanges et de réflexion,  j’y publierai  textes de mon cru, articles, carnets de voyage, opinions et communiqués, question de partager ce qui m’anime, m’inspire ou me branche… Venez y jeter un oeil régulièrement  pour y découvrir mes plus récents projets ou mes toutes dernières envolées lyriques.

Bienvenue chez moi, en direct de Charlevoix!

Publié le : 9 avril 2010 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , | 3 commentaires »