Jouer avec le feu !

cover-bbqqc-n1-big

Avec cet hiver qui n’en finit plus, on avait bien hâte de voir arriver en kiosque ce tout premier numéro du magazine Culture BBQ. Tout beau tout chaud, on compte sur lui pour faire grimper le mercure.

Imaginez-vous être reçu dans la cour d’Étienne Boulay en compagnie du grand Max Lavoie, propriétaire de BBQ Québec et véritable gourou québécois du gril. À 33 ans, il est à bâtir un véritable petit empire du BBQ.

Avec ses trois BBQ et un camion de bouffe plein à craquer,  Max allait assurément sortir le grand jeu. Ce fut à la fois festif et gourmand. Je salive encore juste à penser aux fabuleux Tomahawk aux allures de brontosaures qu’on a dévorés en se léchant les doigts. Ça donne un article plutôt poids lourd: DANS LA COUR D’ÉTIENNE BOULAY.

Si ma job est facile ? Moi je dis oui; ma balance un peu moins.

Un petit 5$ bien investi avant l’été! En vente dans tous les bons kiosques, partout au Québec.

Une création de : Maison 1608 par Solisco.

Publié le : 20 avril 2018 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , , , , , | 0 commentaire »

Work-out direction Lisbonne

sculpturesurferMafra.creditmartinvaugeois

 

Lisbonne. J’en rêvais depuis des lunes. Me voilà enfin dans cette ville  éblouissante qui vous garoche sa beauté en plein visage même quand il fait gris. Pour se remettre en forme, c’est la ville parfaite.

Saviez-vous que Lisbonne était la ville aux sept collines ? Pour la découvrir, attendez-vous à monter et à redescendre. Jamais vu autant d’escaliers pour vous mettre au défi. En pentes douces ou extrêmes, les ruelles étroites de la ville – dont les pavés sont de véritables oeuvres d’art – ne font que ça, monter, descendre, contourner, monter, contourner, redescendre. Chaque jour, mon application donnait raison à mes mollets endoloris : 25 000 pas, 14 km et l’équivalent de 25 étages.

escalier3.creditmartinvaugeois escalier2.creditmartinvaugeois escalier1.creditMartinVaugeois escalie7.creditmartinvaugeois

Découvrir Lisbonne à pied, c’est juste merveilleux ! Si vous avez envie de vous en évader un brin, la mer n’est jamais loin. En moins d’une heure, vous voilà sur les plages de la côte où l’Atlantique se déchaîne jusqu’à donner des vagues de 30 mètres ( surtout à Nazaré) qui attirent ici de nombreux surfeurs professionnels. Vous voulez en savoir plus ? Je vous prépare un reportage de feu dans le prochain magazine Découvertes.

 

crédit photo: Diane Laberge/Martin Vaugeois

 

Publié le : 19 avril 2018 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , , , , | 0 commentaire »

Ensorceleuse Île aux Fleurs

MartiniqueDecouvertes

Pour le meilleur de la France et des Caraïbes, direction Martinique. Ses eaux cristallines, ses plages de sable blond, ses récifs de corail abritant des poissons multicolores, les musiques dansantes de ses tambous Bélé – djembés martiniquais –  et ses effluves de ti-punch en font l’incontournable destination de l’hiver.

On craque pour la Martinique. La mystérieuse petite île – elle ne fait que 60 km de long par 30 km de large  –  étonne par sa diversité. Dès qu’on y pose pied, on a cette fabuleuse impression d’un voyage hors du temps. Champs de canne à sucre, plantations d’ananas, bananeraies, forêts tropicales, villages du bout du monde, tout est là pour un dépaysement immédiat. Tandis que la côte ouest est soumise à l’influence de la mer des Caraïbes, la côte est affronte les assauts de l’Atlantique. Du nord au sud, le paysage offre une mer de paradoxes.

Les bleus du Sud

Avec ses mornes et ses petites collines, ses plantations de cannes à sucre et ses maisons créoles toutes en bois, le Sud ne manque pas de charme. Paradis du farniente, c’est ici que l’on retrouve les plus belles plages de la Martinique. On aimera s’y installer à l’ombre des palmiers recourbés au dessus de la mer.

Les verts tendres du Nord

Plus montagneux, on y retrouve les deux volcans dormants de l’île (la montagne Pelée et les pitons du Carbet) et on craque pour sa végétation luxuriante où la palette de verts oscille entre l’émeraude, la pistache, et l’olive. Palmiers, bananiers, plantations d’ananas et fleurs tropicales complètent ce paysage carte postale.

QUOI FAIRE ? (cliquer plus bas pour continuer)

Read the rest of this entry »

Publié le : 12 février 2018 | Auteur: | Catégories : Carnets de voyage | Tags: , , | 0 commentaire »

125 ans et toujours fringant

chateau frontenac 125

 

Cette année, l’iconique Château Frontenac célèbre en grandes pompes ses 125 ans. Parce qu’il ne fait rien à moitié, voilà qu’il transforme son magazine VIE DE CHÂTEAU en une édition spéciale à collectionner. Et à qui en a-t-on confié l’écriture d’un bout à l’autre ? Originaire de Québec, je n’en suis pas peu fière.

Les férus d’histoire vont craquer pour cette édition où le Château se raconte en mille et une histoires, d’hier à aujourd’hui. De Churchill à Roosevelt en passant par l’exubérance contemporaine – voir provocante – de son jeune chef Stéphane Modat, le Château Frontenac en a long à dire pour expliquer comment il est encore aujourd’hui l’un des hôtels les plus convoités au monde.

Découvrez-y pourquoi Champlain avait choisi ce site spectaculaire pour en faire sa demeure. Revivez l’époque des bateaux blancs et des croisières de luxe sur le Saint-Laurent.  Découvrez la vision de l’architecte Bruce Price et celle de William Van Horne du Canadien Pacifique, longtemps propriétaire des lieux.  Voyez comment ce joyau du patrimoine  s’est transformé au fil des ans jusqu’à devenir un icône du monde contemporain. Et surtout, faites partie des célébrations. Envie d’en savoir plus ? Je vous invite à tourner la page en cliquant ici.

Publié le : 1 février 2018 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , , , | 0 commentaire »

Un festival pour Épicurieux !

jeansoulardLe premier Food Film Festival à prendre l’affiche au Québec se tiendra dans Charlevoix les 3, 4 et 5 novembre prochain. Prendre l’affiche ? Un festival ? Normal quand le cinéma devient prétexte pour voyager au pays des saveurs.

Quoi de mieux que l’automne pour parler cinéma et gastronomie. Initié par le chef Jean Soulard et la productrice Lucie Tremblay, CUISINE, CINÉMA & CONFIDENCES touille à merveille ces deux ingrédients. Un rendez-vous que les épicurieux de nature ne voudront pas manquer.  

Cuisine, Cinéma et Confidences, c’est quoi ? Trois jours de dégustations, de découvertes et d’échanges avec de nombreux cinéastes et chefs invités. Au programme, des chefs réputés offriront des ateliers de cuisine en plus de concocter des repas inspirés des films à l’affiche, ceux-ci judicieusement sélectionnés pour leur rapport avec le thème de la gastronomie. Ainsi, inspirés du film Le Festin de Babette - entre autres -  quatre des chefs invités proposeront leur vision du mot festin dans un repas gastronomique haute voltige à ne pas manquer. Et qui sont-ils ces chefs ? Pas n’importe qui: Thierry Ferré (Le Mouton Noir), Marie-Chantal Lepage (Musée national des beaux-arts du Québec),  Eric Lessard (Le Saint-Amour) et Frédéric Plante (La Tanière) de Québec.

Comme porte-parole, le festival est allé chercher the best: le comédien-acteur-animateur-épicurien, nul autre que Christian Bégin. Comme il le dit lui-même « quelle belle façon pour moi d’admirer Charlevoix autrement que par ma fenêtre de Kamouraska ». C’est bien connu, l’homme adore manger autant que cuisiner. Pas étonnant de le retrouver parmi la bande d’épicurieux de cette première édition.

Reconnue à juste titre comme une destination gourmande incontournable au Québec, Charlevoix sera l’hôte de cette première édition dont la majorité des activités se tiendront à l’hôtel Germain Charlevoix ainsi qu’à Maison Mère Baie-Saint-Paul. Le festival s’adresse à tous les épicuriens de 7 à 77 ans…car le plaisir de manger n’a pas d’âge.

La programmation complète du festival est maintenant disponible. S’agit de cliquer ici.

Pstt! En tant que membre du comité aviseur, j’ai déjà faim et soif de découvertes !

Photo: Jean Soulard

Publié le : 2 septembre 2017 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , , , , , , , , | 0 commentaire »

Un homme et sa Chouape

immense2014 058Cette semaine, la section Coup de coeur des gens d’ici du blogue Beauti-Tone de Home Hardware fait honneur à Louis Hébert, maître-brasseur et artisan de la Chouape du Lac St-Jean. Avec lui, on refait la petite histoire et on jette un oeil sur les tendances couleurs et déco de l’automne. À lire en entier en cliquant ici.

La genèse de La Chouape commence à Strasbourg. C’est là que le lien bière-terre frappe de plein fouet l’imaginaire de Louis Hébert. « À l’époque, j’étudiais en ingénierie. J’étais déjà un amateur de bières artisanales, mais c’est vraiment là que l’étincelle a jailli, entre champs de houblon et brasseries industrielles centenaires ». Aujourd’hui, son entreprise — qui aura bientôt 10 ans — produit sept bières habituelles ainsi que seize éditions spéciales comme celles créées à base de petits fruits nordiques provenant des fermes de la région. Puisqu’on est au Lac-Saint-Jean, impossible de résister à la blanche Le bleu des bleuets d’autant plus qu’une partie du fruit de la vente est remis à la Véloroute des Bleuets. Louis Hébert est un homme engagé.

Texte et photo: Diane Laberge

Read the rest of this entry »

Publié le : 15 août 2017 | Auteur: | Catégories : Communiqués | Tags: , , , , , , , , | 0 commentaire »

Les plus belles courbes sont à Bromont

 bromont velo

À 45 minutes de Montréal, Bromont est la capitale du vélo de route et de montagne, du BMX et du cyclocross. Pour découvrir la beauté de ses plats, célébrer ses vallons verdoyants, grimper ses montagnes célestes et challenger son mollet sportif, c’est la meilleure adresse. Saviez-vous que c’est à Bromont que se trouve le seul vélodrome de calibre olympique au Québec ? Allez, enfourchez la bécane et venez apprivoiser des courbes à 42° sur une boucle de 250m de longueur.

En savoir plus ? Cliquez ici.

Article paru dans le magazine Découvertes, édition été 2017. 

Publié le : 21 juillet 2017 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , | 0 commentaire »

Partons la mer est belle

iles du bic Dans l’estuaire du Saint-Laurent, les couchers de soleil du parc national du Bic arrivent au 2e rang dans le monde après ceux d’Hawaï. Imaginez un peu le coup d’œil. À 6 h de Montréal – 3 h de Québec –   on y trouve un cocktail de baies, de caps, d’anses et d’îles parfaites pour de belles aventures à fleur d’eau.

4 ACTIVITÉS À NE PAS MANQUER

- Admirer le coucher de soleil en kayak de mer

Durant 3 h, on s’offre une excursion guidée clé en mains effectuée en petit groupe dans un décor de rêve. Au coucher du soleil – ou à toute heure de la journée – pagayer entre les îles du parc est spectaculaire.

- Randonner avec vue

Le parc national du Bic, c’est 25 km de sentiers pour tous les niveaux : on y longe les nombreuses baies ou on randonne au cœur de forêts où les belvédères offrent une vue imprenable sur le fleuve. Du côté du Centre de services et de découvertes de la Ferme Rioux, voilà la péninsule parfaite pour randonner le long du littoral via le Chemin du Nord. On aimera s’y arrêter et prendre place au salon de thé pendant que les pros s’offrent le Grand Tour, une boucle de 4 h accessible aux aventuriers à marée basse.

- Rouler à vélo sur La Grève

Parallèle au Chemin du Nord, une piste cyclable longe le littoral et offre la possibilité d’un sympathique 4 km aller-retour à partir de la Ferme Rioux. Location de vélo sur place.

- Observer les phoques prendre un bain de soleil

Du côté de l’Anse aux Bouleaux Ouest, on vient admirer la colonie de plus de 200 phoques qui, de juillet à octobre, se prélassent sur le rivage du Cap Caribou (à marée haute) ou de Pointe aux Épinettes (à marée basse).

 Où dormir ?

Le Camping Rioux est l’un des favoris avec son accès direct, à pied ou à vélo, au Chemin du Nord et à La Grève. Au total, le parc offre près de 200 sites de camping rustique, 28 prêts-à-camper Huttopia  et 8 yourtes, sur l’Ile aux Amours.

Coup de cœur Découvertes

Pagayer 2 km en kayak de mer de l’Anse à Capelan jusqu’au Camping de la Coulée pour profiter d’un des 9 sites rustiques au bord de l’eau.

Pic Champlain

Voir le fleuve de haut ? Direction Pic Champlain. Au sommet, la vue est spectaculaire. Pas envie de marcher 3 h ? On profite de la navette de haut en bas et de bas en haut.

Article publié dans le magazine DÉCOUVERTES, édition été 2017. Cliquer ici.

 

Publié le : 21 juillet 2017 | Auteur: | Catégories : Carnets de voyage | Tags: , , , , | 0 commentaire »

Mielleuse aventure !

 XGL_IMG_3787                 

Anne-Virginie Schmidt partage la passion du miel avec son amoureux pour qui elle quitte la vie urbaine à l’âge de 24 ans.  Seize ans plus tard, leur amour n’a d’égal que le souci qu’ils mettent à prendre soin de leurs abeilles et à développer la culture du miel au Québec.

 L’aventure d’Anne-Virginie débute sous le signe de l’amitié. « J’habitais en ville. Anicet vivait à Ferme-Neuve. Je travaillais dans une tour et lui sur la ferme familiale. Notre rencontre fut celle de la modernité et de la rusticité », rigole Anne-Virginie. Voilà que la magie opère. Pour couronner cette rencontre épique, une série télé – La classe ouvrière -  en a fait des rocks stars de l’apiculture.

Modernité et rusticité Au nord de Mont-Tremblant,  Miels d’Anicet possède plus de 1 200 ruches. C’est sur leur ferme écoresponsable des Hautes-Laurentides que les deux complices mettent à profit l’enseignement des parents d’Anicet, apiculteurs de métier.  Anne-Virginie voit au développement de la marque pendant que son homme poursuit sa spécialisation en élevage de reines. Saviez-vous que seulement 1% des apiculteurs dans le monde sont aussi éleveurs de reines abeilles ?

Leur expertise unique est aujourd’hui reconnue à travers le monde y compris auprès des jeunes chefs qui utilisent leurs produits en cuisine. « Nous avons su profiter du savoir-faire familial et notre discours porteur a fait le reste ». Aujourd’hui, ces fous des abeilles emploient plus de trente employés, produisent du miel et le transforment. « On a même une ligne de produits pour le corps ».

Et si le Québec n’était pas qu’une affaire de sirop d’érable ? Fiers représentants de l’avancée du Québec en matière de miel, le couple pollinise le monde de leur savoir en participant régulièrement à d’importants congrès d’apiculteurs à travers le monde. Prochain départ ? La Tunisie.

www.mielsdanicet.com

Cet article a été publié sur le blogue de Univers de Couleurs Beauti-Tone (Home Hardware), le 20 juin 2017, section Coup de coeur des gens d’ici.

 

Publié le : 21 juin 2017 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , | 0 commentaire »

Moi, le golf et Jérome Ferrer

IMG_4732  FullSizeRender FullSizeRender-1IMG_4739J’habite près de Bromont. Je ne suis pas une joueuse de golf et non, je ne connaissais pas le Club Royal Bromont jusqu’à ce qu’on m’envoie en « mission » à la table du Cellier du Roi, le resto gastronomique signé Jérome Ferrer. C’est face au 18e trou et devant la belle verte du mont Shefford que j’ai dégusté un grand pan de ciel bleu.

Le chef Jérome Ferrer n’a plus besoin de présentation. À la tête du Groupe Europea – qui compte aujourd’hui pas moins de 15 restaurants – Jérome Ferrer est en train de se bâtir un petit empire culinaire partout au Québec. Il vient d’ailleurs de lancer une « chaîne » de casse-croute (Jerry Ferrer) qui se veut une véritable « évasion gourmande typiquement québécoise » dans une ambiance quelque peu rockabilly. Mais restons dans la gastronomie pure et dure et voyons un peu ce que le chef avait à offrir lors de mon passage récent au Cellier du Roi.

D’entrée de jeu, une petite précision s’impose: vous n’avez aucune chance (ou presque) de croiser le grand chef. Il ne vient qu’une fois par année (c’était la veille!) pour s’assurer que les menus signature qu’il a concoctés « tiennent la route ». Attablés dans la véranda, nous avons eu droit à un véritable voyage gastronomique au pays des saveurs.

Read the rest of this entry »

Publié le : 19 juin 2017 | Auteur: | Catégories : Éditorial | Tags: , , , , , | 0 commentaire »